Am I Diane ?

Is that all there is ?

Parfois j'ai l'impression d'être engluée dans une sorte de gelée depuis la fin de confinement. Je ne peux pas retourner en arrière ni vraiment avancer. Je ne peux plus voyager comme avant, je ne peux pas changer de travail ou de ville comme avant. J'ai 27 ans et déjà l'impression que la fenêtre des possibles est en train de se réduire devant moi. Comme si ma vie s'était déjà vidée de sa magie, de ses possibilités, de son excitation à peine après avoir commencé. L'inconnu n'est plus une option viable et l'amour me fait peur. Je traîne avec des gens plus jeunes pour tenter (...)

Les oeuvres de la dépression

The ones who get it : - So Sad Today Melissa Broder - C'est comme ça que je disparais Mirion Malle - Les failles Pomme - Conversations entre amis Sally Rooney - Tout le compte Instagram d'Alec With Pen - A Synthesis of Intuitions Adrian Piper - Kiki la Petite Sorcière Hayao Miyasaki (...)

Mes gratitudes

En ce moment je lis "Chez soi" de Mona Chollet. Cela me donne un grand sentiment de gratitude d'avoir trouver un abri qui me convient au coeur de la pandémie, après des années d'incertitude. - Des rangements pour mes livres - Un lit confortable - Un colocataire agréable - Une cuisine suffisamment fonctionnelle pour préparer les plats que j'aime - L'absence de nuisance sonore - De la place pour faire du yoga - Une bonne connexion à internet - L'absence d'humidité - La sécurité du bâtiment - La proximité des commerces - La beauté dès que je sors de chez moi - Une cafetière (...)

L'éternel side-kick ?

Parfois je me demande quand j'aurai le droit d'être un personnage principal. Ce que je veux dire par là, c'est quand je me demande quand est ce que moi aussi j'aurai une grande histoire à raconter qui intéressera les autres. Quand est ce que je serais celle dont tout le monde parle, même quand elle n'est pas la. Quand est ce que je ne serai plus uniquement la fille rigolote ou l'épaule pour pleurer. C'est fatiguant d'écouter les histoires de coeur à la chaine des hétéros pendant que tu restes une queer qui galère à avoir une vie sentimentale. Le pire c'est que la plupart (...)

Try a little tenderness

J'ai écouté un podcast sur la tendresse aujourd'hui. Il parlait de la tendresse qu'on donne (ou non) aux enfants et de l'impact qu'elle peut avoir sur la vie adulte. Il parlait de l'aspect essentiel et didactique de la tendresse sur un enfant : les câlins, le jeu, l'attention sont comme des boussoles qui guide dans les relations adultes par la suite. Je me suis souvenue de cette enfance sans tendresse qui a été la mienne. Du prétexte du ventre enceint de ma mère pour pouvoir obtenir un contact. Je n'avais que 7 ans. Quel enfant de 7 ans doit utiliser un enfant à naître comme (...)

About Dad

Mon père est un enfant de 50 ans. Un petit enfant qu'il faut rassurer, occuper, solliciter en permanence, sinon gare à la crise. Un petit enfant qui ne supporte pas de ne pas être au centre de l'attention. Un petit enfant qui coupe la parole et s'infiltre dans les discussions qui ne le regardent pas. Un petit enfant qui aime jouir des privilèges et du pouvoir donnés par le statut d'adulte et de parent ; mais qui ne veut pas en prendre les responsabilités, ni accepter les corvées et les contraintes. Parce qu'il n'a jamais vraiment voulu quitter l'enfance, il m'a volé la mienne. (...)

Amoureuse

Je suis amoureuse et j’ai enfin l’impression de comprendre les autres. Je suis amoureuse et j’ai enfin l’impression d’avoir le regard arraché à mon nombril. Je suis amoureuse et je le sais car pour une fois la réciprocité ne compte même pas. Je suis amoureuse et je le sais car j’ai juste envie de voir cette personne répandre la lumière sans se soucier de la mienne. Je suis amoureuse et pour une fois l’estime qu’un autre peut avoir de moi ne compte même pas. La vie c’est ce qui arrive qu’on est occupé à autre chose, il paraît. La vie est en train de (...)

En couleur

Toute ma vie, j’ai envié la lumière des autres. Déja petite, je me sentais grise et oubliable au milieu des autres qui existaient, qui étaient en couleurs. Je n’arrivais pas à trouver la couleur, la passion, la lumière en moi. Je regardais les autres et je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je me réfugiais dans un monde intérieur ou je rayonnais : j’avais des super-pouvoirs, ou bien j’étais célèbre. Dans tous les cas, j’étais belle, admirée de tous et populaire. J’ai pris des cours de danse, de chant, de théâtre, pour essayer de donner forme à ce monde (...)