Am I Diane ?

Try a little tenderness

J'ai écouté un podcast sur la tendresse aujourd'hui. Il parlait de la tendresse qu'on donne (ou non) aux enfants et de l'impact qu'elle peut avoir sur la vie adulte. Il parlait de l'aspect essentiel et didactique de la tendresse sur un enfant : les câlins, le jeu, l'attention sont comme des boussoles qui guide dans les relations adultes par la suite. Je me suis souvenue de cette enfance sans tendresse qui a été la mienne. Du prétexte du ventre enceint de ma mère pour pouvoir obtenir un contact. Je n'avais que 7 ans. Quel enfant de 7 ans doit utiliser un enfant à naître comme (...)

About Dad

Mon père est un enfant de 50 ans. Un petit enfant qu'il faut rassurer, occuper, solliciter en permanence, sinon gare à la crise. Un petit enfant qui ne supporte pas de ne pas être au centre de l'attention. Un petit enfant qui coupe la parole et s'infiltre dans les discussions qui ne le regardent pas. Un petit enfant qui aime jouir des privilèges et du pouvoir donnés par le statut d'adulte et de parent ; mais qui ne veut pas en prendre les responsabilités, ni accepter les corvées et les contraintes. Parce qu'il n'a jamais vraiment voulu quitter l'enfance, il m'a volé la mienne. (...)

Amoureuse

Je suis amoureuse et j’ai enfin l’impression de comprendre les autres. Je suis amoureuse et j’ai enfin l’impression d’avoir le regard arraché à mon nombril. Je suis amoureuse et je le sais car pour une fois la réciprocité ne compte même pas. Je suis amoureuse et je le sais car j’ai juste envie de voir cette personne répandre la lumière sans se soucier de la mienne. Je suis amoureuse et pour une fois l’estime qu’un autre peut avoir de moi ne compte même pas. La vie c’est ce qui arrive qu’on est occupé à autre chose, il paraît. La vie est en train de (...)

En couleur

Toute ma vie, j’ai envié la lumière des autres. Déja petite, je me sentais grise et oubliable au milieu des autres qui existaient, qui étaient en couleurs. Je n’arrivais pas à trouver, la couleur, la passion, la lumière en moi. Je regardais les autres et je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Je me réfugiais dans un monde intérieur ou je rayonnais : j’avais des super-pouvoirs, ou bien j’étais célèbre. Dans tous les cas, j’étais belle, admirée de tous et populaire. J’ai pris des cours de danse, de chant, de théâtre, pour essayer de donner forme à ce monde (...)